The greenhouse

Flower girl | The world of Bergère

We took these photos with Julia in her building-hall some times ago and now that I give it a closer look, it makes me think a bit of a greenhouse. Unfortunately we were interrupted by an angry neighbor that was worried that we might damage the flowers she had planted there. What a foolish thought! I was wearing one of my favorite jumpsuit (I have MANY) from H&M, bought in Copenhagen three years ago. I never get tired of it, it’s original and refreshing;  a thin white top from Cheap Monday and my Medusa sandals from Eden shoes.
Flower girl | The world of Bergère IMGFlower girl | The world of Bergère3017 Flower girl | The world of Bergère Flower girl | The world of Bergère Flower girl | The world of Bergère Flower girl | The world of BergèreFlower girl | The world of Bergère Flower girl | The world of Bergère Flower girl | The world of Bergère

Ces photos ont été prises par Julia dans sa petite cour d’entrée il y a quelque temps et maintenant que je les regarde de plus près, cela me fait un peu penser à une serre. Malheureusement nous avions été interrompues par une voisine mécontente et apparemment inquiète pour ses fleurs que nous risquions d’abimer. Quelle drôle d’idée! Je portais une des mes combi pantalon préférées (j’en fait la collec!) trouvée chez H&M à Copenhague il y a trois ans. Je ne m’en lasse pas, c’est une pièce originale et rafraichissante; une pull blanc tout fin de chez Cheap Monday et mes sandales méduses Eden shoes.

 

Nathalie’s bag

Nathalie #2 | The World of Bergère

The other day I was having lunch with Nathalie, the Swedish Parisian I met when I arrived in the capital, the one that transmitted me all her wisdom and gave me wise advices to make my life easier during my internship! It hasn’t always been easy for her either but she never gave up in pursuing her goals and now she is working in a modeling agency (can you imagine? She casts models all day, it would drive my completely mad!) just few meters away from my apartment. I like that she always dresses with brands I could never afford and that she’s always very stylish, on heels, by bike, on her way from Saint-Germain to le Marais. So chic! So when I last met her I couldn’t help but immediately notice her brand new bag from Prada tropical collection (Resort 2014), one brand that never disappointed me and always amazed me! One day I’ll have a bag from Prada…She’s also wearing a pair of sunglasses from Céline, wedges Robert Clergerie and, simple and delicate, an engagement ring Repossi Ophydienne. Congratulations!

Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère Nathalie #2 | The World of Bergère

L’autre jour je retrouvais Nathalie pour déjeuner, la suédoise parisienne que j’ai rencontré lors de mon arrivée à la capitale, celle qui m’a transmis toute sa sagesse et ses bons conseils pour rentre ma vie plus légère pendant mon stage! Ça n’a pas toujours été facile pour elle non plus mais elle n’a jamais baissé les bras pour aller au bout de ses idées. Elle travaille actuellement dans une agence de mannequin (vous imaginez? Elle recrute des modèles toute la journée, ça me rendrait complètement dingue!) à quelques mètres de mon appartement. J’aime la façon dont elle s’habille, avec des marques que je n’ai pas les moyens de m’acheter, toujours très élégante, perchées sur des hauts talons, à vélo, en route de Saint-Germain vers le Marais. Très chic! La dernière fois que je l’ai vu, j’ai tout de suite remarqué son tout nouveau sac Prada, juste parfait, de la collection tropicale (croisière 2014), une marque qui ne m’a jamais déçu et qui m’étonne toujours! Une jour j’aurais un sac Prada moi aussi… elle porte également une paire de lunettes de soleil Céline, des compensées Robert Clergerie et, simple et délicate, une bague de fiançailles Repossi Ophydienne. Félicitations!

We love green 2014

We love green 2014 |The World of Bergère

Camille and I went to We love green festival in Paris Bagatelle park. It was on June 1st already… I really appreciated all their sustainable efforts and green initiatives – it reminded me of previous events I attended in Denmark or Norway – recycled furniture, green energy, water fountains, local and organic catering and of course, sorted waste. Even the bathrooms were sustainable. I think it’s important during such events, that gather a lot of people, to care about the impact of the festival on the environment. Many workshops were animated to raise awareness on the issue of our tendency to waste excessively. For example, I really liked the idea of pedaling in order to charge your mobile. Of course, it took place in Paris so it looked a lot like a fashion festival – with many VIP and bloggers invited – and the flowers crowns were apparently THE accessory to wear, but it had to be handmade from the workshop. Glamour magazine offered original hairstyling but the high demand made it impossible to reach. Otherwise you could get a Shiatsu massage, ephemeral tattoos and even shop for vintage clothes. The food was amazingly tasty and varied – you could have a vegan meal at Sol Semilla – not the steak sandwich of usual circumstance and at Le Comptoir General you could have a tasty cocktails before ending up on their dance floor with Caribbean music that made us forget about the not so friendly weather. I was craving for a pissaladière from Les Nicois but unfortunately I arrived to late. There were two stages, one for electronic and an other one for instrumental music. We had the chance to see LORDE, the youngest talented artist of the moment coming from New Zealand, that gave us an amazing live performance. Jungle and Foals, the two British bands were also on stage and ended the festival in a high note. More line-up here. It was a positive experience even though I did not know many artists and I found some a bit irrelevant but my excitement was a its height with the unique presence of Lorde and I’ll definitely do it again.
We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of BergèreWe love green 2014 |The World of Bergère We love green 2014 |The World of Bergère

Camille et moi avons testé le We love green festival au Parc de Bagatalle à Paris. C’était déjà le 1er juin dernier… J’ai vraiment apprécié tous leurs efforts et leurs initiatives vertes et durables – ça m’a rappelé des évènements auxquels j’ai pu assister au Danemark ou en Norvège – mobilier et scénographie recyclés, énergie verte, fontaine d’eau de la ville, restauration locale et bio et bien sûr, le tri des déchets.  Même les toilettes étaient écolo. Je pense qu’il est important, lors d’un tel rassemblement, de penser à l’impact d’un festival sur l’environnement. De nombreux ateliers étaient animés pour attirer l’attention sur notre tendance à l’abus de gaspillage. Par exemple, j’ai beaucoup aimé l’idée de pédaler pour recharger son téléphone. Bien sûr, ça avait lieu à Paris donc ça ressemblait plus à festival de mode – avec la présence de nombreux de VIP et de blogueuses notamment – et la couronne de fleurs était apparemment L’accessoire qu’il fallait avoir, à condition qu’il soit fait à la main à l’atelier prévu à cet effet. Le magazine Glamour proposait des coiffures originales mais la forte demande rendait l’accès impossible. Sinon tu pouvais avoir un massage shiatsu, des tattoo éphémères, et même shopper des vêtements vintage. La restauration était incroyablement gouteuse et variée – notamment un repas 100% veggie chez Sol Semilla – pas le steak sandwich qui est habituellement de circonstance et au Comptoir General tu avais la possibilité de te rafraîchir d’un délicieux cocktail avant de te lancer sur la piste de danse, sur des airs de musique des caraïbes qui nous a fait oublier que le temps n’était pas si clément. Je rêvais de gouter la pissaladière de chez Les Niçois mais je suis arrivée après la bataille. Il y avait deux scènes, une électro et l’autre pour la musique “instrumentale”. On a eu la chance de voir Lorde, la plus jeune artiste talentueuse du moment qui vient tout droit de Nouvelle-Zélande, qui nous a ravie d’une performance live exceptionnelle. Jungle et Foals, les deux groupes anglais étaient aussi sur scène et ont clos le festival en beauté. More line-up here.Ce fut un expérience positive même si je ne connaissais pas beaucoup d’artistes et j’ en ai trouvé certains un peu sans rapport mais mon excitation était à son comble avec l’unique présence de Lorde et je le referais à nouveau sans problème.

 

Under the skin

under_the_skin_poster
Under the skin is the movie to watch this month. Don’t read the bad reviews, listen to your ignorant friend and then decide not to go; make your own opinion! Of course, if you are a sensitive person, it might not be the right movie for you since it has a warning mention.
Directed by Jonathan Glazer, the movie was filmed in Scotland, which is already a surprising choice of scenery. It has nothing to do with the kind of movie you’re used to see Scarlett playing in.
Scarlett Johansson is not only beautiful and sexy; she is remarkable in her role and goes unnoticed with her brunette wig, driving a van in the streets of Glasgow. The originality of the movie: most of the scenes were filmed totally improvised, with a hidden camera. Scarlett is asking her way to totally random passerby that have no idea that a movie is being filmed with an American superstar right under their noses.
The movie dresses a realistic portrait of Scotland and does not show its most glamorous appeal. Working class living in shady suburbs, solitude… It is science fiction, but not futuristic. A girl, driving a van, hails at men walking alone and offers them a ride. Easily seduced, they follow her in the darkest place and, just when they took off all their clothes, they are being caught in some moving ground and disappear under the surface… this ritual repeats itself with an extraordinary soundtrack and nurtures a mystery: what’s the fate of her victims?
As we go along, Scarlett Johansson that was originally very “empty” (and mysterious), start filling herself with emotions and a sense of humanity. She leaves the city to wander around the very wild nature of Scottish lands… the waves of a destructive sea, the immensity of an enchanting forest… towards a very tragic faith.

under_the_skin_stills.173135-1024x576 Under the Skin

Under the skin est le film à aller voir ce mois-ci. N’allez pas lire les mauvaises critiques, n’écoutez pas votre ami ignorant pour ensuite décider de ne pas y aller ; faites-vous votre propre opinion ! Bien entendu, si vous êtes de nature sensible, il est possible que ce film ne soit pas fait pour vous car il a un avertissement.

Réalisé par Jonathan Glazer, le film a été tourné en Écosse, ce qui est déjà un choix de décor surprenant. Cela n’a rien à voir avec le genre de films dans lesquels vous avez l’habitude voir jouer la divine Scarlett.

Scarlett Johansson n’est pas seulement belle et sexy ; elle est remarquable dans son rôle et passe inaperçue avec sa perruque brune, au volant d’un van, dans les rues de Glasgow. L’originalité du film : la plupart des scènes ont été totalement improvisées en caméra cachée. Scarlett demande son chemin à des passants au hasard qui n’ont pas la moindre idée qu’un film est entrain d’être réalisé avec une superstar américaine juste sous leur nez.

Le film dresse un portrait réaliste de l’Écosse et ne met pas en avant ses atouts les plus glamour. Classe ouvrière résidant dans des banlieues glauques, solitude… c’est de la science-fiction, mais pas futuriste. Une fille étrange au volant d’un van interpelle des hommes qui marchent seuls et leur propose de les conduire. Facilement séduits, ils la suivent dans les recoins les plus obscurs et juste au moment où ils ont retiré tous leurs vêtements, ils sont happés par un sol mouvant et disparaissent sous la surface… ce rituel se répète avec une bande son incroyable et nourrit le mystère : quel est le destin de ces victimes ?

A mesure que le film avance, Scarlett Johansson, à l’origine très « vide » (et mystérieuse), commence à se remplir d’émotions et gagne un sens d’humanité. Elle quitte la ville pour s’aventurer dans la nature sauvage des paysages écossais… les vagues d’une mer destructrice, l’immensité d’une foret enchantée… vers une destin tragique.